Lorsque vous arrivez à Yulara, aux portes du fameux rocher orange Uluru (situé à 18km à peine), 4 choses vous tombent dessus : la chaleur, les mouches, les prix exorbitants, la multitude d’activités qu’on vous propose.

Pour la chaleur, on s’y fait vite. On adapte son rythme en fonction des heures chaudes : 12h-15h30 = sieste ou piscine.

Pour les mouches… C’est infernal, autant être honnête. Il y en a partout, tout le temps, qui passent leur temps collées à votre peau. Certains portent des chapeaux avec des espèces de bouchons suspendus censés faire fuir les mouches, d’autres mettent un filet sur leur visage, et d’autres encore (comme moi) sont téméraires et testent leur patience en se contentant d’agiter vainement la main devant la figure en permanence. Donc choisissez votre méthode et prenez ensuite votre mal en patience…

Pour les prix. Aie, ouch, ça fait mal ! Yulara est une ville-hôtel, il n’y a aucune habitation, uniquement des hôtels et un mini centre commercial. Ce n’est que pour les touristes et il n’y a rien d’autres à des centaines de kilomètres à la ronde. 1 seul supermarché, à peine quelques boutiques à souvenirs, 2-3 restaurants. Autant dire que les prix sont tout simplement exorbitants. Bien sûr, ce constat s’applique aussi aux hôtels et aux activités, pas de jaloux !

Comme tout bon ghetto à touriste, on vous proposera une multitude d’activités pour profiter au maximum du parc : hélicoptère, dîner dans les dunes, circuits autour de Uluru ou des Olgas, promenades avec les anangus (aborigènes locaux), visite du centre culturel, etc…
De mon côté, après un bon moment de lecture des différents fascicules, des conseils demandés à droite et à gauche, j’ai opté pour le transport simple vers Uluru et les Olgas avec la compagnie Uluru Express et le dîner dans les dunes « Sound of Silence ».
J’avais hésité à faire la ballade avec les anangus et ne l’avais pas fait compte tenu du prix assez élevé. Je ne regrette pas. J’ai eu l’occasion de croiser un groupe qui faisait cette activité : une 30ène de personnes derrière un pauvre aborigène manifestement lasse de trimbaler sa troupe derrière lui. Ca ne donnait pas vraiment envie…

En logeant à Yulara vous serez dans un énorme complexe touristique hors de prix. Malgré tout, ce n’est pas aussi catastrophique qu’on pourrait le penser.
Les hôtels sont tous bien insérés dans l’environnement, aucun bâtiment haut. Et compte tenu de l’espace disponible, les hôtels ne sont pas les uns sur les autres ce qui ne donne pas l’impression d’être sur la côte d’azur mais bien dans un désert.
D’ailleurs, en dehors des 6 hôtels et du mini centre commercial que composent Yulara, il n’y a rien, rien à des kilomètres à la ronde. Autrement dit, vous êtes bien au milieu du désert ! Les ballades dans les dunes sont faciles et certains points de vue vous permettent de voir le coucher de soleil sur les Olgas ou sur Uluru depuis Yulara, ce qui est assez génial tout de même.
Par ailleurs, la ville met à disposition une navette gratuite qui passe toutes les 15min et fait le tour de la ville, s’arrêtant devant chaque hôtel et le centre commercial. C’est assez pratique car aux heures chaudes, la moindre petite marche devient très difficile.

Yulara est touristique, oui, mais c’est une excellente solution pour visiter Ayers Rock.

http://www.ayersrockresort.com.au

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *