Après Frigiliana, nous sommes allés nous réfugier à Arcos de la Frontera, dans une hacienda coupée du monde, l‘hacienda Cortijo Barranco.
L’hacienda est perdue au milieu des champs d’olivier. Entre la petite chapelle, la vue splendide, la cour intérieure typique, la piscine, c’est un dépaysement assuré !
Nous avions pris une petite maisonnette derrière les écuries, avec sa terrasse privée que nous avons largement utilisée pour les apéro évidemment… On ne se refait pas !
Et avec la chaleur andalouse, la piscine était un pur bonheur en fin de journée.
Bref, si vous passez dans le coin, je vous conseille très vivement de vous y rendre ! Ils organisent aussi les fêtes en tout genre et mariage… A bon entendeur 😉

 

Arcos de la Frontera est par ailleurs le point de départ idéal pour visiter les villages blancs mais aussi Cadiz.
Il y a de très nombreux villages blancs, aucune obligation de tous les faire, l’idée c’est justement de visiter un peu à sa guise.

De notre côté, nous avons commencé notre visite par le petit village de Grazalema. A flan de colline, Grazalema est un village andalous bercé par la chaleur du soleil et la douceur de vivre de ses habitants. Pas trop touristique, habité par les anciens qui discutent le bout de gras à la terrasse d’un café ou assis sur un banc, à Grazalema, le temps s’arrête.
Le temps s’arrête… jusqu’à ce qu’une odeur démentielle vienne vous chatouiller les narines ! En pleine balade, j’ai été complètement happée par une odeur de dingue qui a émoustillé tous mes sens. Comme dans les dessins-animés, j’ai suivi le fumet jusqu’à la boulangerie du village (qui devait être à bien 500m quand même) où je n’ai pas hésité à rentrer. La petite boutique ne payait pas de mine mais embaumait de cette délicieuse odeur. Pourtant, impossible de déterminer de quel produit cela venait. Dans mon espagnol très approximatif, j’ai donc demandé d’où venait cette odeur. La vendeuse, manifestement assez surprise par ma question, me montre un sachet de biscuits. Je sens le sachet (oui oui, je l’ai fait) et bingo ! C’était cette odeur ! Mettez m’en un paquet ma petite dame !
Et voilà ma découverte des povlorones, des petits sablés friables qui fondent dans la bouche. Le goût est à la hauteur de l’odeur !

 

On continue la route vers Ronda, un village très touristique pour le coup et très connu. C’est le fameux pont qui surplombe une falaise !
Même si on ne se sent pas vraiment seuls à Ronda, c’est une étape qui en vaut la peine car le pont est spectaculaire et le reste de la ville très sympa.

 

A ce stade, on en a déjà pris plein les yeux (et les narines), mais pourtant la journée est loin d’être finie !
On visite très rapidement Setenil, un tout petit village troglodyte. Intéressant et très différent des autres villages blancs, ce n’est toutefois pas la peine de s’y attarder trop, on en fait très vite le tour !

 

Nous voilà donc reparti sur les routes !
La visite des villages blancs ne s’arrête finalement pas aux villages en eux même, la route est magnifique et réserve parfois de jolies surprises

 

Dernière étape, Zahara !
Un village accroché à une colline et surplombant un joli lac. Le village est grand mais très calme et peu touristique. C’est une très jolie étape où nous prenons plaisir à déambuler dans les ruelles. Et ça tombe bien, parce que ça grimpouille sec quand même !

 

 

 

3 thoughts on “Arcos de la Frontera et les villages blancs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *